Et si vous tentiez…la chambre à part ?

Trouver l’âme sœur n’est pas chose facile mais la probabilité que votre chéri(e) ait les mêmes habitudes de sommeil que vous est encore plus mince. Fini le lit symbole d’harmonie parfaite. On fait désormais chambre à part pour des nuits apaisées et des retrouvailles privilégiées !

  • Sonyo entourages de lit

Tous des dormeurs différents

Il y a les lève-tôt. Les couche-tard. Les dormeurs. Les accros endormis une tablette ou une télécommande à la main. Les ronfleurs. Ceux qui s’enroulent, se roulent et se déroulent dans la couette. Ceux qui parlent en dormant. Les voleurs d’oreillers. Les étoiles de mer. Les pieds glacés. Les insomnies partagées. Les spasmes et les quintes de toux à deux heures du mat’. C’est toute une vie, la nuit. Alors à deux, difficile d’imaginer être en harmonie. De rêver encore aux corps enchevêtrés et aux réveils-douceur. On en rit d’abord. On fait des compromis. On s’accommode des petites manies. On fixe des règles-pas de télé au lit-. Sauf que le sommeil, c’est sérieux !

Si tu m’aimes, laisse moi dormir

Le sommeil, c’est vital même. Un sommeil réparateur est nécessaire à une bonne santé physique et mentale. Un article du Huffington Post* résume les risques encourus par le manque de sommeil, des conséquences insidieuses : défaut de concentration, perte de mémoire, affaiblissement de l’immunité, augmentation de l’appétit, maladies cardiaques, vieillissement de la peau, émotivité accrue… Autant d’arguments qui vous feront reconsidérer la question. La qualité du sommeil influe sur l’équilibre de vie. Prendre soin de son sommeil, c’est prendre soin de soi. Alors pour préserver son équilibre et celui de son couple, hors de question de gêner le repos de l’autre.

Chambre à coucher : du plaisir au conflit

Le réveil est parfois chagrin lorsque les nuits sont perturbées par l’un ou l’autre des conjoints. Malaises, disputes, reproches : un ressentiment peut s’installer si le sommeil est sans cesse détérioré (ronflements quotidiens par exemple). On fuit la chambre qui nourrit les tensions. Le lit conjugal n’est plus ce cocon du désir et de la tendresse qui a vu naître l’histoire d’amour. Loin de l’épanouissement sexuel qu’il représentait jusqu’alors, il devient un lieu de crispations et de tabous, de non-dits et de conflits. Une usure qui conduit parfois à la séparation. La vie de couple, mais aussi l’entourage familial perçoit l’onde négative de ces scènes nocturnes Il est alors urgent de sauver le plaisir de retrouver sa chambre à coucher. De s’imposer quelques règles pour s’endormir sereinement et se lever du bon pied.

Faire chambre à part pour mieux se retrouver

Faire chambre à part n’est pas se fuir. Ce n’est pas se séparer. C’est essayer une solution qui fonctionne déjà pour de nombreux couples, chez les jeunes dès trente ans notamment. Se coucher séparément, c’est briser la routine, donner une nouvelle dynamique à son couple. C’est aussi s’autoriser une part de liberté, être à l’écoute de ses besoins, de son rythme. Vous pouvez chaque soir vous réinventer : vous endormir séparément ou ensemble, puis rejoindre chacun votre lit plus tard dans la nuit. Il n’y a plus de contrainte. La seconde chambre est une carte chance à utiliser comme bon vous semble. Elle offre des moments de redécouverte de l’autre, de retrouvailles. Savoir sa femme ou son mari dans la maison, tout proche, et rêver de lui, d’elle, comme au premier jour. Relancer ses instincts coquins. Raviver la flamme, l’intimité, la sensualité parfois éteinte après la naissance des enfants. C’est inventer de nouveaux rituels sous la couette aussi, la libido en éveil. Puisque la nuit n’est plus une crainte, que chacun sait que l’autre ne l’empêchera pas de dormir, il est à nouveau disponible et heureux de partager les câlins, de faire l’amour. Les partisans de la chambre à part ont un credo: Mieux dormir séparément pour mieux prendre du plaisir, ensemble.

lanova

Deux contre tous

Les couples partagent le lit matrimonial depuis le Moyen-Âge. Désormais de plus en plus de personnes choisissent de s’affranchir de cette norme. En proportion, le phénomène est surtout répandu chez les séniors. Pour cette tranche d’âge, le choix semble être accepté car on sait qu’avec l’âge, la qualité du sommeil diminue et qu’il devient plus pénible de souffrir du bruit, de la chaleur ou d’une mauvaise position occasionnée par son époux ou son épouse. La pression sociale sur leur osmose affective et sexuelle est également moins forte.

La société porte en revanche un regard plus sévère sur les couples jeunes optant pour la chambre à part. Difficile de justifier son choix. Dans l’esprit de beaucoup, dormir séparément révèle un problème intime, une mésentente, un divorce imminent.

Difficile d’envisager le lit séparé comme une solution à un problème de sommeil. Ce sont majoritairement les femmes qui sont à l’initiative de la proposition au sein du couple. Elles se heurtent souvent à l’incompréhension de leur conjoint dans un premier temps. Il faut alors beaucoup de tact et de communication pour que les bienfaits de la méthode se révèlent aux deux amoureux.

Un cocon à imaginer

Tendance à suivre quotidiennement ou à utiliser de temps en temps, faire chambre à part semble être une solution saine qui contente quel que soit l’âge. Les témoignages révèlent un constat positif, une pratique efficace pour mieux dormir, se ressourcer, se réinventer ensemble. C’est ce qu’a analysé le sociologue Jean-Claude Kaufmann auteur d’ « Un lit pour deux, la tendre guerre » (éd. JC Lattès) parmi les nombreux témoignages recueillis pour la rédaction de l’ouvrage. Dans une société où l’individualisme est grandissant, où chacun prête davantage attention à son confort, les amoureux trouvent des alternatives au co-dodo pour préserver leur passion. Ils tentent dans un premier temps de retrouver un peu  de sérénité par l’achat de bouchons d’oreilles ou de couettes séparées, comme dans les pays nordiques. Puis des lits plus grands donnent un avant-goût d’autonomie. La chambre à part est une autre étape. S’éloigner sans pour autant se sentir plus loin. S’éclipser seulement. À chaque couple d’individus selon son vécu d’imaginer et de façonner ces deux cocons dont il peut avoir besoin. Des nids de styles différents. Accueillants. Puisqu’il n’y a qu’une vraie clef aux réveils radieux : s’endormir heureux.